Le Storytelling

Vous racontez des histoires
tous les jours

Et si l’imaginaire et les émotions
nous permettaient
de prendre notre place ?

Vous écrivez des histoires
… tous les jours

Lorsque vous racontez votre week-end à vos collègues, lorsque vous expliquez votre parcours dans un entretien d’embauche, lorsque vous présentez un projet à des investisseurs, lorsque vous déclarez votre flamme à la personne que vous courtisez, lorsque vous choisissez un vin dans un repas entre amis … vous racontez une histoire.

Ce phénomène, presque aussi vieux que l’humanité elle-même consiste pour un individu à offrir à un ou plusieurs autres une expérience de vie selon trois niveaux : rationnel, émotionnel et sensitif.

❝ J’ai été reçu à mes examens ❞
… Ceci est une information.

❝ Lorsque j’ai ouvert le courrier de l’Université, ma gorge s’est serrée. Puis, quand j’ai lu que j’étais reçu, j’étais tellement content et soulagé que j’ai sauté au plafond. ❞
… Ceci est une histoire.
Elle fait appel au rationnel (j’ai été reçu à mes examens), à l’émotionnel (je suis content et soulagé), et au sensitif (j’ai senti ma gorge se serrer).

La différence se situe au niveau de l’impact sur l’autre.

La différence se situe dans la manière dont l’histoire est incarnée.

Le fait de mobiliser à la fois le rationnel, l’émotionnel et le sensitif permet non seulement de retransmettre une information mais aussi de donner à vivre une expérience humaine dans laquelle la personne qui reçoit l’histoire pourra trouver des éléments sur lesquels elle pourra retrouver des aspects de sa propre expérience et de son identité.

Donner envie …

Vous racontez tous les jours des histoires, et, que vous en soyez conscients ou non, ce n’est jamais sans but. Raconter une histoire, c’est donner à l’autre envie de soi.

Dans le cas d’une déclaration de flamme ou d’un rapport de séduction, le processus semble assez évident. L’objectif est très prosaïquement que l’autre ait envie de vous charnellement, qu’il ou elle développe du désir pour vous.

Cependant, dans tous les autres cas, c’est le même processus qui se met en place mais de façon plus subtile. Lorsque vous racontez votre week-end à vos collègues, vous souhaitez exister au sein d’un groupe, que ce dernier vous intègre. Lorsque vous passez un entretien professionnel, votre récit a pour but de donner envie à votre supérieur ou votre potentiel futur employeur de travailler avec vous.

Chaque histoire a son héros

Raconter une histoire, c’est raconter le parcours d’un héros vers sa quête et comment cette aventure l’a transformé. Frodon reçoit la mission de détruire l’anneau pour sauver le monde. De jardinier bien tranquille, il se révèle être un meneur d’hommes et un aventurier.

Lorsque vous racontez votre week-end, vous êtes aussi le héros de l’histoire. Vous avez une quête (par exemple : vous détendre pendant deux jours) et vous vivez une aventure qui vous transforme (par exemple : vous avez appris à allumer un barbecue sans allumette ou vous avez réussi à supporter la mauvaise humeur de votre belle-mère).

Cependant le héros n’est pas nécessairement celui qui raconte l’histoire.
Dans l’histoire que raconte le commercial à ses prospects, le héros, c’est le produit.
Dans l’histoire que diffuse le responsable marketing à travers les canaux de communication, le héros, c’est la marque.
Dans l’histoire que raconte un chef d’entreprise à des potentiels investisseurs, le héros, c’est l’entreprise.

Une opportunité
de se mettre en empathie

Le récit de l’histoire permet à celui qui l’écoute de se projeter en elle, de s’identifier dans le héros ou dans un personnage en interaction avec le héros. L’aventure du héros est un parcours constitué d’objectifs et d’obstacles. Tout le récit décrit ce parcours en soulignant l’incertitude permanente d’atteindre ces objectifs et en mettant en lumière les ressources que découvre le héros en lui pour surmonter les obstacles et atteindre ou se rapprocher de ses objectifs.

Dans ce processus, les personnes qui reçoivent le récit tissent consciemment ou inconsciemment des affinités entre leurs propres ressources et objectifs et ceux que l’histoire dévoile du héros. Elles se mettent en empathie, c’est-à-dire qu’elles se mettent dans la capacité de vivre la même expérience que le héros, notamment sur le plan émotionnel.

Le fait de vivre cette expérience avec le héros permet une prise de conscience affective beaucoup plus efficace qu’une prise de conscience rationnelle.

❝ Le conte
fait passer le précepte avec lui ❞

— Jean de la Fontaine —

Par cette mise en empathie avec le héros, les personnes qui reçoivent l’histoire se mettent également dans une posture inconsciente de disponibilité quant au message diffusé par cette histoire.

La prise de conscience affective est un pas gigantesque et décisif vers l’adhésion au point de vue du narrateur de l’histoire.

La personne en empathie avec le héros, et souvent avec le narrateur de l’histoire, va alors activer la partie rationnelle de son cerveau pour qu’elle soit en phase avec la partie affective. En d’autres termes, arrivé à ce stade, votre interlocuteur se convainc tout seul. 

Mes Accompagnements

Coaching

Atelier

Ma plume

Se rencontrer

Nos locaux

24 cour des Petites Écuries
75010 Paris

Nous joindre

+33 6 08 84 21 68

Nous écrire

rencontrer@lescatalystes.com

12 + 4 =